tel icon+32 (0) 63 216 474

LES POISSONS DE WALLONIE

Saumon Atlantique

visuel-en-cours

L'intérêt de sa pêche 

A la mouche, aux leurres ou aux appâts naturels, la pêche du saumon est la plus passionnante et la plus sportive qui soit.
Les saumons sont réputés pour l'ampleur et la puissance de leur saut, quand ils doivent franchir des obstacles sur le chemin du grand retour.

Né en rivière mais devenu adulte et ayant grossi en mer, le saumon est un majestueux poisson migrateur et le symbole des rivières de qualité.
Sa silhouette est élancée, son corps puissant, généralement bleu ardoisé pour le dos et gris argenté pour les flancs et le ventre.
Sa robe est clairsemée de taches noires et étoilées.
Lors de la remontée sur les frayères, les saumons subissent une spectaculaire métamorphose physiologique : leur robe devient pourpre et la mâchoire inférieure des mâles se recourbe en forme de bec ; on les appelle les bécards.
La taille des saumons adultes varie en fonction du nombre d'années qu'ils ont passées en mer. En moyenne : de 60 centimètres à 1 mètre pour 3 à 15 kilos.

Répartition et habitat 

L'équipement des rivières en barrages bloquant leurs migrations, les travaux dans les cours d'eau et la dégradation du milieu aquatique ont réduit à presque rien les populations de saumons qui étaient abondantes sur tous les bassins fluviaux de la façade atlantique et sur le Rhin.
Grâce à l'action des pêcheurs, qui ont obtenu des ouvrages de franchissement sur les barrages et alevinent régulièrement en jeunes saumons, le poisson roi revient peu à peu.
En Bretagne, en Normandie, sur l'Adour et les gaves du Sud-Ouest, on le pêche à nouveau, mais il reste soumis à des totaux autorisés de capture (TAC).
Quelques sujets sont régulièrement capturés sur le Rhin.
Sur l'axe Loire-Allier, où sa pêche est interdite depuis 1994, on fonde beaucoup d'espoirs dans l'ouverture, en 2001, de la salmoniculture nationale de Chanteuges (Haute-Loire).

Reproduction 

En novembre-décembre, les saumons gagnent la partie amont de la rivière où ils sont nés, guidés par un extraordinaire odorat ; on appelle ce phénomène de retour le homing.
Les géniteurs enfouissent leurs œufs dans une gravière qu'ils ont creusée et nettoyée, après quoi, épuisés, ils se laissent emporter par le courant.
La plupart périront ; quelques-uns repartiront en mer.
Les jeunes saumons restent deux ou trois ans en eau douce : ce sont les tacons.
Avant de passer en mer, ils subissent des modifications physiologiques qui leur permettront de vivre en eau salée; ils deviennent des smolts.
Ils grossiront dans l'Atlantique nord et reviendront sur leur rivière d'origine, s'ils n'ont pas été pris dans les filets de la pêche commerciale.

Alimentation 

En mer, ils se nourrissent de calmars, crevettes et poissons.
En eau douce, lors de leur remontée, ils cessent de s'alimenter ; leur estomac s'atrophie.
A la descente, les saumoneaux mangent des invertébrés, des crustacés, des mollusques et des insectes.

Une crevette pour sa majesté 

Les saumons doivent leur chair rose à une grosse consommation de crevettes.
Lors de leur remontée en eau douce, où ils jeûnent complètement, c'est seulement par agressivité, ou par habitude, qu'ils mordent aux appâts qu'on leur présente.
Empalée sur un cure-dent, ligotée sur un fil de laiton et le rostre fixé à l'une des branches d'un hameçon triple, cette crevette, bien présentées, a quelques chances d'intéresser le saumon qui passe. 

Silure glane
Sandre
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
18 Juil 2024

Gardon

1850 Affichage(s)

Ablette

2207 Affichage(s)

Vandoise

1760 Affichage(s)

Vairon

1687 Affichage(s)

Tange

2053 Affichage(s)

NOS PARTENAIRES